Que faire contre le rhume des foins ?

Que faire contre le rhume des foins ? Des médicaments efficaces et bien tolérés existent contre le rhume des foins.

Un traitement ciblé du rhume des foins permet non seulement d’atténuer les symptômes désagréables et d’améliorer la qualité de vie, mais il peut aussi prévenir le développement d’un asthme allergique. Différentes méthodes ont fait leurs preuves pour le traitement de l’allergie au pollen :

Qu’est-ce qui aide à lutter contre le rhume des foins ?

Une méthode connue pour alléger les symptômes du rhume des foins est ce qu’on appelle l’éviction des allergènes. Elle consiste à essayer d’éviter le contact avec les pollens allergènes. Mais, sachant qu’il est impossible d’éviter à cent pour cent les allergènes, il est nécessaire d’opter pour des produits modernes qui luttent efficacement contre les symptômes du rhume des foins.

Divers médicaments sont donc à disposition pour mieux gérer le rhume des foins. Les antihistaminiques sont probablement les plus connus de ces produits. Les stabilisateurs de mastocytes et les glucocorticoïdes peuvent également contribuer à atténuer les symptômes du rhume des foins.

Il est également possible de s’attaquer aux causes mêmes du rhume des foins. La désensibilisation est une autre forme de traitement qui consiste à habituer le corps à ne plus considérer le pollen comme un « ennemi » et donc à cesser de le combattre.

Éviction des allergènes

Concrètement, cela signifie : éviter le contact avec les pollens qui provoquent le rhume des foins. Il est donc indispensable de connaître les saisons de « vos » pollens. Le calendrier pollinique permet d’obtenir un premier aperçu. Observez aussi les prévisions polliniques saisonnières pour votre région sur Internet ou à la radio.

Produits contre le rhume des foins

Les médicaments tels que les antihistaminiques peuvent contribuer à soulager de manière ciblée les symptômes du rhume des foins. Ils inhibent l’action de l’histamine en bloquant les récepteurs H1 ou H2 de cette hormone tissulaire et se fixent sur le site de liaison de ces récepteurs. Le corps continue à libérer de l’histamine, mais l’inhibition de son action l’empêche d’agir. Cela permet d’atténuer les symptômes typiques du rhume des foins tels que les éternuements ou le nez et les yeux qui coulent.

Bon à savoir : si les antihistaminiques de première et de deuxième génération provoquaient fréquemment de la fatigue, la fexofénadine (dans Telfastin Allergo®) permet aujourd’hui un traitement rapide et fiable du rhume des foins, sans somnolence.

D’autres groupes de principes actifs tels que les stabilisateurs de mastocytes et les glucocorticoïdes ont en outre un effet antiallergique et anti-inflammatoire.

Les antihistaminiques pour le traitement systémique des symptômes du rhume des foins existent sous forme de comprimés contre le rhume des foins. Pour le traitement local des symptômes spécifiques tels que les éternuements et les yeux qui pleurent, on aura recours aux stabilisateurs de mastocytes sous forme de collyre contre le rhume des foins ou aux glucocorticoïdes sous forme de spray nasal contre le rhume des foins.

Désensibilisation – rhume des foins

Pour traiter la cause du rhume des foins à proprement parler, il est possible d’envisager une désensibilisation. Ce traitement, habituellement prescrit et réalisé par un médecin spécialiste, est une approche thérapeutique à long terme, pouvant durer jusqu’à trois ans. Pendant cette période, l’allergène est régulièrement administré au patient. Le traitement commence par une dose très faible, qui est augmentée au fur et à mesure. Dans le meilleur des cas, le traitement permet de libérer les personnes allergiques des symptômes du rhume des foins. Toutefois il se peut que les résultats obtenus se limitent à une atténuation des symptômes, ce qui est déjà un grand soulagement pour de nombreuses personnes.

Asthme allergique et changement d’étage

Si le rhume des foins n’est pas traité, cela peut se traduire à long terme par une évolution de l’allergie. Cela signifie que le rhume allergique (rhinite) se transforme en asthme allergique (ou asthme bronchique). Ce ne sont plus seulement les muqueuses du nez et de la gorge qui sont enflammés, mais aussi les bronches. L’inflammation provoquée par l’allergie au pollen passe donc des voies respiratoires supérieures aux voies inférieures.

Important : Dans certains cas, une rhinite allergique peut conduire à un asthme allergique. Pour éviter l’apparition d’un asthme allergique, il est conseillé de traiter tôt et efficacement la rhinite allergique afin d’en contrôler au mieux les symptômes.

Traiter l’allergie au pollen chez les enfants

Un traitement précoce et ciblé du rhume des foins est aussi important chez les enfants. Les symptômes sont particulièrement pénibles pour les plus petits. Dans un premier temps, demandez à un médecin spécialisé de déterminer les pollens auxquels votre enfant est allergique. Vous pourrez alors connaître les saisons de ces pollens et tenter ainsi de les éviter, dans la mesure du possible évidemment.

Bon à savoir : vous trouverez ici des conseils utiles pour aider votre enfant à bien vivre la saison pollinique. En principe, le traitement du rhume des foins chez l’enfant peut impliquer l’utilisation de médicaments comparables à ceux utilisés chez l’adulte, mais uniquement dans le cas où ces médicaments sont autorisés chez l’enfant.

Important : vérifiez toujours dans la notice d’emballage si le médicament est autorisé chez l’enfant et à partir de quel âge et à quelle dose il peut être utilisé.

Par exemple, le collyre Opticrom Allergo® est autorisé pour les enfants dès 4 ans et soulage les yeux qui démangent et qui pleurent.

  • Calendrier pollinique Suisse

    Le calendrier pollinique à télécharger gratuitement.

    Calendrier pollinique Suisse Téléchargement